Stock épuisé.
En rupture de stock
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

 

bla bla

 

Quoi de neuf dans la bière?

Les Français boivent de plus en plus de bières artisanales

Alors que la consommation de vin, et plus généralement d'alcool, baisse de plus en plus, celle de la bière, elle, augmente. Des chiffres d'une étude du cabinet Xerfi en témoignent: l'an dernier, les Français en buvaient 32 litres par an et par habitant, contre 30 litres quatre ans auparavant. Et cette croissance est continue depuis 2015. C'est encore beaucoup moins que la moyenne européenne de 70 litres, et surtout moins qu'en République Tchèque ou en Allemagne où l'on boit respectivement 143 et 106 litres par an et par habitant. «Nous sommes encore en bas du classement», note Maxime Costilhes, délégué général de l'association des brasseurs de France, «mais les habitudes changent doucement».

La tendance semble profiter tout particulièrement au marché des bières artisanales, dont les ventes pourraient doubler entre 2016 et 2020. En 2018, ce marché représente en France plus de 300 millions d'euros et devrait encore bondir de 20% par an, pour s'établir à 440 millions d'euros l'an prochain, soit 7% du total des bières, dont les ventes en grande et moyenne surface battent des records avec 3,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Aux États-Unis, pays de référence des bières artisanales, ces dernières représentent 11% du marché.

La hausse de la consommation est naturellement corrélée à celle de l'offre. «Actuellement, il s'ouvre en France une brasserie tous les jours», résume Maxime Costilhes. En 2006, il existait 246 brasseries, en 2018 elles sont 1100 sur tout le territoire, à tel point que la France compte aujourd'hui davantage de brasseries que le Royaume-Uni, deuxième producteur mondial de bières artisanales. Désormais, chaque département en compte au moins trois, avec certaines régions plus développées comme «la Savoie qui compte à elle seule 100 brasseries», pointe le délégué général des brasseurs. D'une manière générale, la tendance est particulièrement visible en Auvergne-Rhône-Alpes, en Bretagne et dans la zone historique de la bière, les Hauts de France.

Les brasseries elles-mêmes ne cessent de croître. À la brasserie Page 24, créée en 2003, la production augmente de moitié tous les trois ans: de 2800 hectolitres à l'ouverture, la brasserie est passée aujourd'hui à une production de 12.000 hectolitres. Trois employés y travaillaient au départ, ils sont désormais douze.

Surprenante renaissance
Cette explosion du nombre de brasseries est d'autant plus surprenante en France que ces dernières n'existaient presque plus il y a 50 ans. En 1976, l'Hexagone n'en comptait plus que 23, contre 2827 en 1910. «La Première Guerre mondiale a causé énormément de tort à la bière: dans l'esprit des Français, elle est devenue la boisson des ennemis, et donc la boisson à bannir», développe Maxime Costilhes. «Puis l'imaginaire a évolué, et la bière est devenue la boisson du pauvre, de l'ouvrier». La boisson peu chère, industrielle par excellence, contrairement au vin.

«Aujourd'hui, la bière connaît un virage symbolique important», renchérit Constant Ferrand, qui, à 30 ans, a ouvert avec son ami d'enfance Guillaume Niay une nouvelle cave à bière à Lyon au début de l'année, La plante du loup. «Désormais, le cliché «pizza-bière-foot», c'est presque fini», continue-t-il, «la bière est passée du statut de produit de consommation à un objet de dégustation, presque autant que le vin».

«Les consommateurs sont plus sensibles qu'avant à l'aspect du terroir, un commerce local plus écologique et plus sincère.»

Constant Ferrand, gérant de la cave à bière La plante du loup, à Lyon

En résulte une plus grande diversité de goûts, et une montée en gamme. «On est bien loin de la blonde Kronenbourg classique qui convenait à tout le monde», explique Constant Ferrand, «aujourd'hui, les palais des amateurs de bière se sont complexifiés, sont devenus plus exigeants». C'est ce qu'a constaté le caviste il y a quelque temps: «j'avais fait du sport avec des amis, nous nous sommes assis au bar et avons bu de la bière industrielle. Je me suis rendu compte que je la buvais seulement pour me désaltérer, alors que je bois les bières artisanales vraiment pour leur goût unique». Le caviste ajoute que «les consommateurs sont plus sensibles qu'avant au terroir, à l'idée du commerce local, plus écologique, plus sincère».

Pour Maxime Costilhes, «la popularité de la bière est d'une manière générale à lier à l'évolution du repas. On mange de moins en moins assis, et surtout d'une manière beaucoup moins structurée qu'auparavant. Cela contribue à favoriser les apéros prolongés, autour d'un plateau de fromage et de charcuterie, accompagné d'une bonne bière».

Tendance globale
Au vu de la popularité des bières artisanales, les bières industrielles ont répliqué en diversifiant considérablement leurs offres et en changeant leurs stratégies marketing. De sorte que, pour Maxime Costilhes, «la montée en gamme des bières est une tendance globale. Les consommateurs en boivent un peu davantage, mais surtout mieux». Pour rester dans la course, les marques traditionnelles investissent des sommes importantes. Kronenbourg, par exemple, a investi en ce sens 100 millions d'euros l'an dernier.

Les grandes surfaces ont également multiplié les marques de bière. «On a vu les Leffe, les Grimbergen et d'autres bières de meilleure qualité envahir les rayons», se souvient Constant Ferrand, «et ça a permis de se sortir du cliché de la Kronenbourg bon marché, ce qui a conduit à la démocratisation de la bière de dégustation». Aujourd'hui, le commerçant lyonnais note que sa clientèle est «aussi féminine que masculine» et voit «autant de néophytes que d'amateurs de bières de longue date». La bière artisanale a de beaux jours devant elle.

Avertissement

8% de remise sur votre première commande (hors promotion)

En entrant sur ce site, vous confirmez que votre pays de résidence vous y autorise et que vous avez l'âge requis.

L'abus d'alcool est dangereux, consommez avec modération